Le petit déjeuner : le repas le plus important de la journée

petit dejeuner
Selon des enquêtes de consommations alimentaires , seuls 10 à 15% des enfants, consommeraient un petit déjeuner satisfaisant dans sa composition. Le stress, le manque de temps, le manque d’appétit à cette heure, sont les arguments les plus souvent avancés par les familles. Le caractère jugé insuffisant de ce petit déjeuner a entraîné la multiplication des collations en maternelle, les en-cas glissés dans la poche des enfants, ce qui n’est pas sans conséquence sur l’équilibre des repas de la journée. Place du petit déjeuner dans la consommation alimentaire quotidienne Le petit déjeuner , tel qu’il est recommandé devrait apporter de 20 à 25 % de l’apport énergétique quotidien, associer des glucides simples et complexes et des protéines, être pauvre en lipides et participer à la couverture des besoins en calcium, fer et vitamines. 

Les conséquences d’un petit déjeuner insuffisant ou absent sont maintenant bien connues grâce à des études de consommation et de cohorte dans différents pays. Si un apport énergétique insuffisant au petit déjeuner peut être compensé par les autres repas de la journée, au prix d’un déséquilibre dans la répartition quotidienne des nutriments et des calories, l’insuffisance d’apport en calcium, en fer et autres micro-nutriments n’est que rarement compensée. 

En l’absence de petit déjeuner, l’apport calorique total est plus élevé, la consommation de graisses au cours des autres repas de la journée est supérieure, la concentration sanguine de cholestérol est en général plus élevée. 

Petit déjeuner et surpoids 

L’insuffisance du petit déjeuner, voire son absence complète est une des constantes des observations faites au cours des consultations d’enfants et d’adolescents présentant un surpoids. Le grignotage induit, les collations de 10h, et des prises alimentaires plus conséquentes en 2ème partie de journée, participent à la constitution du surpoids. 

L’étude de la cohorte de Fleurbay Laventie chez des enfants d’âge scolaire montre bien le lien entre surpoids et insuffisance du petit déjeuner. La correction de ce déséquilibre alimentaire matinal, rétablissant un cycle alimentaire satisfaisant est à la base de la prise en charge de ces enfants en surpoids : réduction du grignotage, déjeuner plus équilibré, apprentissage de la faim et de la satiété. 

Petit déjeuner et performances scolaires 

Plusieurs études, en particulier anglo-saxonnes ont montré que l’absence ou l’insuffisance de petit déjeuner le matin était associée à des moindres performances cognitives ou à une plus faible capacité de créativité lors des activités scolaires de la matinée. 

Des activités comme le calcul mental, les opérations simples (addition, multiplication), les efforts de mémorisation, sont touchées alors que la lecture ne l’est pas. Ces performances sont améliorées par la prise de sucres. Des résultats proches ont été constatés lors d’épreuves d’évaluation du Quotient Intellectuel (QI). 

Toutefois ces résultats doivent être interprétés avec prudence car certains facteurs liés aux conditions des études ne sont pas maîtrisables : stress, qualité du sommeil…. 

 

Caroline Calmel
Tags: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *