Régime minceur : faut-il prendre des compléments ?

compléments minceur
Le rayon des compléments alimentaires, en grandes surfaces, pharmacies ou parapharmacies est particulièrement large. Nombre d’entre eux sont proposés pour aider à perdre du poids. Que faut-il savoir sur ces produits ? 
Il existe quatre grandes familles d’aide minceur. Les modérateurs d’appétit 
Ils sont à base d’actifs végétaux, extraits d’algues ou de fruits : fucus, caroube, karaya, gomme guar, ispaghul, pomme, citron… Ce sont le plus souvent des fibres ou des gommes qui favorisent la satiété mécaniquement en lestant l’estomac. En effet, ses composés sont capables d’absorber de 50 à 100 fois leur poids en eau. C’est donc en gonflant dans l’estomac qu’ils procurent une sensation de satiété. 
Attention toutefois aux excès, qui peuvent provoquer des ballonnements ou des diarrhées. 

Les anti graisses 
Ils sont supposés accroître la thermogenèse (caféine du thé vert ou du guarana, matéine du maté ou synéphrine du Citrus aurantium) ou diminuer l’absorption digestive des graisses (fibres animales du chitosan, extrait de la carapace de crustacés, fibres douces de l’ispaghul ou du karaya). 
Attention, ces produits ne font pas fondre la graisse existant. De plus, ils doivent être employés dans un programme comprenant des activités physiques et une rééducation alimentaire. 

Les  » détox  » 
Cette famille de produits comprend des végétaux diurétiques (queues de cerise, bouleau, thé vert…) et des  » draineurs  » (reine-des-prés, marc de raisin, frêne…). Ils sont déconseillés car ils font perdre beaucoup d’eau et n’agissent aucunement sur les tissus graisseux. 

Les ventres plats 
Ils renferment des ferments (acidophilus, bifidus…), des fibres (oligofructose, inuline, mucilages…) et des composés minéraux ou organiques (charbon végétal, mannitol…). Ils diminuent donc les ballonnements intestinaux. Contrairement à une idée recue, ils n’agissent pas sur le tissu graisseux abdominal. 

La réglementation 
Les compléments alimentaires ne sont pas des médicaments. Ils contiennent donc des vitamines et des minéraux à doses nutritionnelles et/ou physiologiques, excluant le risque de surdosage. Les compléments à visée  » minceur  » ou accompagnant les régimes amaigrissants sont soumis à une directive européenne (2002/46/CE). Ces produits doivent donc s’accompagner de recommandations spécifiant que l’effet souhaité ne peut être obtenu que dans le cadre d’un apport calorique contrôlé et de conseils d’hygiène de vie sur le comportement alimentaire et l’activité physique. 

En d’autres termes, il faut bien interpréter les allégations avancées par le fabricant, tandis que tout régime devrait débuter par les conseils d’une diétticienne afin de déterminer le bien-fondé de la décision d’amaigrissement et mettre en place une stratégie de perte de poids raisonnable et efficace à long terme. 

Sans cela, le risque de reprendre rapidement le poids perdu, voire plutôt plus, est très élevé. Selon l’Association française d’étude et de recherche sur l’obésité, si 85% des régimes permettent de perdre ponctuellement du poids, les kilos sont repris dans l’année suivante dans 90% des cas. 

Une seule solution : adopter une alimentation appropriée, variée et équilibrée, associée à une activité physique régulière et à un changement constant du comportement alimentaire. 

Un régime, accompagné ou non d’un complément alimentaire, doit être bien choisi et accompagné sur le long terme.

 

Betty Chaumont
Tags: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *